ethologie-cheval.fr

FOIRE AUX QUESTIONS

Voici quelques questions auxquelles je suis souvent amenée à répondre :

  1. Qu’est-ce que l’éthologie ?
  2. Ethologue, éthologiste, comportementaliste, quelles différences ?
  3. Educateur équin, comportementaliste équin, qui fait quoi ?
  4. Qui fait de la recherche en éthologie équine en France ?
  5. Où étudier l’éthologie ?
  6. Etudier l’éthologie sans reprendre un cycle universitaire ?
  7. L’équitation éthologique alors, qu’est-ce que c’est ?
  8. Quels ouvrages traitent de l’éthologie, la "vraie" ?
  9. Quel métier choisir entre vétérinaire et éthologue?
  10. En tant qu'éthologue, avez-vous un cheval et combien de temps passez-vous avec lui?
  11. Comment faites-vous pour trouver vos activités et organisez-vous des stages d'éthologie?

1. QU'EST-CE QUE L'ETHOLOGIE ?

L’éthologie est une science qui étudie le comportement animal. Ce mot est composé de deux racines grecques : êthos- les moeurs et logos – la science. C’est au XIXème siècle qu’Isidore Geoffroy Saint-Hilaire propose que l’on applique le terme d’éthologie à l’étude des animaux dans leur milieu naturel. L’Autrichien Konrad Lorenz et le néerlandais Nikolaas Tinbergen l’ont établie comme science indépendante vers 1930-1950. Elle gagna son titre de noblesse en 1973 quand Karl von Frisch, Konrad Lorenz et Niko Tinbergen reçurent conjointement le prix Nobel de médecine et de physiologie pour leurs travaux sur les « causes et l’organisation des schèmes comportementaux ».
Cette discipline est souvent caricaturée comme une activité facile, contemplative, à la portée de tous. Pourtant, passer du temps, certes souvent agréable, à observer et consigner scrupuleusement des comportements n’est pas une fin en soi. Il s’agit pour l’éthologiste de rechercher des lois, des principes, des mécanismes qui puissent expliquer les comportements les plus simples comme les stratégies les plus élaborées. Cette approche s’inscrit dans ce qui est reconnu par les éthologistes comme les quatre champs de recherche « définis par Tinbergen, fondés sur les interrogations suivantes :

  • Par quelles structures et quels processus physiologiques un organisme intègre-t-il des stimulations externes et des états internes pour produire un comportement ? Autrement dit, quelles causes organiques sous-tendent un comportement ou un ensemble de comportements ?
  • Comment un comportement apparaît-il chez l’individu dans le cours de son existence : quels sont les étapes, les moments critiques dans le développement, l’ontogenèse dudit comportement ?
  • Quel(s) avantage(s), en terme d’adaptation, de survie et de succès reproducteur, un comportement apporte-t-il à l’animal, quelle est sa fonction ?
  • De quelle histoire évolutive un comportement donné est-il le produit, quelle est sa phylogenèse ? »

Ces questions ne peuvent se traiter uniquement par l’éthologie ; les échanges avec les autres disciplines sont incontournables telles que l’étude du système nerveux (neurosciences), des hormones (endocrinologie), des gènes ou du génome (génétique des populations, biologie moléculaire), des rapports à l’environnement (écologie), des animaux du passé (paléontologie), des processus d’apprentissage, de mémorisation et de traitement de l’information (psychologie, sciences cognitives). Néanmoins, tout ce qui touche au comportement ne relève pas forcément directement de l’éthologie, on pourra donc rencontrer des éco-éthologistes, des neuro-éthologistes etc. L’éthologie possède un esprit d’ouverture et une volonté de multiplier les points de vue que Jean-Luc Renck et Véronique Servais présentent admirablement dans L’éthologie – Histoire naturelle du comportement, dont ce texte est largement inspiré. Pour approfondir le sujet, je ne peux que vous enjoindre à lire cet ouvrage.

L’éthologie – Histoire naturelle du comportement, Jean-Luc Renck et Véronique Servais, éditions du Seuil, collection Points Sciences, 2002.

2. ETHOLOGUE, ETHOLOGISTE, COMPORTEMENTALISTE...

Les termes éthologue ou éthologiste désignent les personnes ayant une formation scientifique en éthologie, au minimum titulaires d’un diplôme universitaire de niveau bac+5. Elles exercent un métier de chercheur, d’enseignant ou encore travaillent dans des secteurs de l’éthologie appliquée (parc zoologique, élevage, marketing…). Certains dresseurs de chevaux se font appeler éthologues, usurpant un titre qu’ils n’ont pas. Pour autant, ils peuvent pour l’heure continuer à le faire car le titre d’éthologue ou d’éthologiste n’est pas protégé. Nous sommes dans une situation analogue à celle des psychologues il y a quelques années quand des gens peu scrupuleux s’autoproclamaient professionnels de la psychologie ; ceci n’est plus possible depuis 1991, le titre de psychologue impliquant un diplôme de psychologie de niveau licence, maîtrise ou DESS (Master depuis la réforme LMD). La Société Française d’Etude du Comportement Animal (SFECA) se penche sur la possibilité de protéger ce titre.

Pour plus d’explications sur l’utilisation des termes éthologie et éthologue dans le milieu du cheval, reportez-vous à la question « L’équitation éthologique alors, qu’est-ce que c’est ? ».
Le métier de comportementaliste a été créé par Michel Chanton, éthologiste, en 1986 puis déposé comme une marque auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) en 1996. Il forme des spécialistes de la relation homme-animal. Leur travail consiste en une activité de diagnostic et de traitement au niveau comportemental et cognitif. Cette activité nécessite des connaissances précises en psychologie et en éthologie, physiologie, et un développement pour chaque espèce traitée. Aucun diplôme officiel n’est reconnu officiellement mais plusieurs écoles existent en France.

SFECA: http://www.sfeca.fr

Vous pouvez aussi visualiser le reportage d'Yvelines Première Profession éthologue, allez sur le bas de la page qui s'affichera en lien.

 

3. EDUCATEUR, COMPORTEMENTALISTE EQUIN, QUI FAIT QUOI ?

Cette question m'est désormais souvent posée depuis un ou deux ans. Elle est suscitée par le clivage qui existe entre ces deux activités dans le domaine canin. Les éducateurs s'intéressent au dressage, à l'obéissance, et les comportementalistes, aux troubles du comportement (propreté, agressivité, socialisation...). Dans un métier comme dans l'autre, les frontières glissent vite vers le champ de compétence du voisin. En réalité, les deux sont complémentaires, il est dommage que certains professionnels se fassent la guerre. Côté cheval, c'est encore plus simple : les "chuchoteurs" , auto-proclamés "éthologues" ou professionnels de "l'équitation éthologique" ont toutes ces casquettes. Si on les consulte pour un souci de comportement du cheval, cela passe par de l'apprentissage et donc de l'éducation. Ils sont aussi souvent enseignants d'équitation, ce qui leur permet d'apprendre aux gens à apprendre à leur cheval, à pied et en selle. Rares sont ceux qui se penchent sur le mode de vie de l'animal. Les cavaliers ignorent souvent les véritables troubles du comportement (tic à l'appui, de l'ours, déambulation, langue serpentine, automutilation...) et consultent en réalité très peu pour ces motifs. Il n'existe donc pas de "comportementalistes équins" comme chez le chien. Parfois les vétérinaires apportent des informations mais ils ne sont pas formés en éthologie équine (scientifique s'entend). Quelques personnes titulaires d'une thèse en éthologie ou d'un master essaient de proposer leurs servivces dans ce secteur, mais ils ont peu de clients et tombent inévitablement dans le déni du problème, car mal connu (mon cheval tique à l'appui, je lui mets un collier pour l'empêcher de tiquer et ça y est, le problème n'existe plus). Il reste encore du travail d'information à réaliser dans ce domaine afin que les propriétaires de chevaux ouvrent les yeux sur les signaux de mal-être qu'émettent leurs chevaux. D'où mon engagement quotidien à vulgariser ces connaissances.

Aujourd'hui, les vétérinaires ont initié un mouvement, en créant la Société Européenne d'Ethologie Vétérinaire des Animaux Domestiques (SEEVAD) pour améliorer les connaissances sur le comportement des animaux familiers, chien, chat, cheval en particulier. L'idée est de se rapprocher des éthologistes afin de bénéficier d'une lecture juste de l'animal, dénuée d'interprétations abusives (un exemple typique : vouloir dominer son chien ou son cheval et baser sa relation sur ce paradigme) tout en prenant en compte sa santé. Espérons que cette volonté de rapprochement sera salutaire pour les animaux.

SEEVAD : www.seevad.fr

mise en ligne en mars 2014

4. QUI FAIT DE LA RECHERCHE EN ETHOLOGIE EQUINE EN FRANCE?

Marie BOURJADE
Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien, Département Ecologie, Physiologie et Comportement, Université de Strasbourg
Comportement social, développement social du jeune et comportements collectifs/de groupe
http://www.iphc.cnrs.fr/-DEPE-.html
marie_bourjade@netcourrier.com

Claudia FEH
Station biologique de la Tour du Valat, Le Sambuc, 13200 Arles
Comportement social des équidés, écologie comportementale
http://www.tourduvalat.org
http://www.takh.org

Géraldine FLEURANCE
Pour les Haras nationaux au centre de l’Institut National de la Recherche Agronomique Clermont-Ferrand-Theix, Unité de recherche « Herbivores », département « Physiologie animale et systèmes d'élevage »
Comportement alimentaire
http://www.clermont.inra.fr

Martine HAUSBERGER et Séverine HENRY
Unité mixte de recherche de l'Université de Rennes 1 et du CNRS (section 27 du Comité National de la Recherche Scientifique) sur deux sites : le campus universitaire de Beaulieu à Rennes et la station biologique de Paimpont
Comportement maternel, stéréotypies, apprentissage, relation homme-cheval
http://ethos.univ-rennes1.fr/version-fr/Themes/Equipe3/

Marthe KILEY-WORTHINGTON
Centre of Eco-Etho Research & Education, La Combe, Bezaudun sur Bine, 26460 Drome
Relation homme-cheval, écologie
http://www.eco-etho-recherche.com

Léa LANSADE et Marianne VIDAMENT
Pour les Haras nationaux à l’Institut National de la Recherche Agronomique de Tours-Nouzilly, Unité de Physiologie de la reproduction et des comportements
Tempérament, apprentissage
http://www.tours.inra.fr

5. OU ETUDIER L'ETHOLOGIE ?

Voici quelques sites universitaires français, connus pour former à l’éthologie. Les formations sont accessibles après le baccalauréat, d’abord la licence pour une durée de 3 ans puis le master pour deux ans. Cette liste n’est pas exhaustive. Si vous avez connaissance d’autres formations universitaires de ce type, je vous remercie par avance de m’en faire part afin que j’enrichisse ces pages !

Niveau licence soit de la première à la troisième année après le baccalauréat (durée : trois ans, anciennement DEUG + Licence). Attention, certaines licences n’abordent l’éthologie qu’en troisième année (L3), d’autres dès la première (L1). Renseignez-vous auprès de chaque université pour connaître le contenu de chacune des années.

Université de Provence Aix-Marseille 1
UFR Sciences de la Vie, de la Terre et de l'Environnement Domaine de Formation: Neurosciences. Licence Sciences et Technologies, Mention Sciences de la Vie - Parcours Neurosciences intégratives et cognitives
http://www.up.univ-mrs.fr

Université Paul Cézanne Aix-Marseille3, Centre de St Jérôme (Marseille) et Centre de Montperrin (Aix)
Domaine de Formation: Sciences et Technologies Licences fondamentales : Sciences et Technologies. Mention : Sciences de la Vie.
http://www.univ-cezanne.fr/

Université de Caen Basse Normandie
Domaine : Sciences du Vivant et de la Santé Licence Sciences du Vivant - Parcours Biologie Psychologie Domaine : Sciences humaines et Sociales Licence mention Psychologie - Parcours Psychophysiologie
http://webetu.unicaen.fr

Université de Bourgogne, Dijon
UFR Sciences de la Vie Domaine : Sciences, Technologies, Santé Licence Sciences, Technologies, Santé - mention Sciences de la Vie et de la Terre- Parcours Biologie des Organismes
http://www.u-bourgogne.fr/

Université Pierre Mendes France, Grenoble2
UFR Sciences de l’Homme et de la Société Licence de Psychologie
http://upmf-grenoble.fr

Université des Sciences et technologies de Lille1
Licence Science et technologies Mention sciences de la vie – Parcours Biologie des organismes et des populations
http://ustl1.univ-lille1.fr

Université Charles de Gaulle, Lille3
Domaine de formation : Sciences humaines et sociales Licence Sciences humaines et sociales Mention Psychologie
http://formations.univ-lille3.fr

Université de Nancy2
UFR Mathématiques et informatique Domaine Informatique, sciences cognitives et applications Licence Mention informatique et sciences cognitives
http://www.univ-nancy2.fr/formations

Université Paris10, Nanterre
UFR de Sciences Psychologiques et Sciences de l'Education Domaine de Formation: Sciences Humaines et Sociales Licence Mention Psychologie - Parcours Psychophysiologie
http://www.u-paris10.fr

Université Paris-Sud 11, Orsay
UFR de Sciences d’Orsay Licence Sciences technologie et santé, mention Biologie
http://www.u-psud.fr

Université de Paris13, Villetaneuse
UFR des Lettres, des Sciences de l’Homme et des Sociétés Domaine de Formation : Humanités, Sciences de l'Homme et du Comportement. Licence Mention Psychologie -Parcours Psychophysiologie.
http://www-lshs.univ-paris13.fr/

Université de Rennes1
UFR Sciences de la Vie et de l'Environnement Domaine de formation : Sciences, technologies, santé Licence Mention biologie - Parcours Biologie des Organismes
http://www.sve.univ-rennes1.fr/
http://www.umr6552.univ-rennes1.fr/Enseignement1.php

Université de Haute Bretagne, Rennes2
Domaine de formation : Sciences Humaines et Sociales Licence Sciences Humaines et Sociales - Mention Psychologie
http://www.uhb.fr/index.jsp

Université Catholique de l’Ouest, Bretagne Nord
Domaine Sciences et technologies Licence Biologie Option éthologie
http://uco-bn.fr

Université Saint Denis de la Réunion
Faculté des Sciences et Technologie Licence Biologie Biochimie - Parcours : Biologie des organismes et des populations
http://sciences.univ-reunion.fr/

Université Jean Monnet de Saint-Etienne
Faculté de sciences et techniques Domaine de formation : Sciences, technologies, santé Licence de Sciences, technologie, santé, Mention biologie
http://www.portail.univ-st-etienne.fr

Université : Louis Pasteur, Strasbourg1
Domaine de formation : Sciences de la vie et de la santé Licence Mention Sciences du Vivant - Parcours Biologie Cellulaire et Physiologie ou Parcours Sciences de la Vie et de la Terre Domaine de formation : Psychologie Licence Sciences, Mention Psychologie
http://www-ulp.u-strasbg.fr/

Université Paul Sabatier, Toulouse3
Domaine de formation : Sciences de la vie et de la santé Licence : Mention Sciences de la Vie et de la Santé Licence : Mention Écologie, Organisme et Biosphère
http://www.ups-tlse.fr

Université François-Rabelais, Tours
Domaine de Formation : Sciences de la Vie et de la santé et Technologies Licence "Sciences et Technologies", mention "Sciences du Vivant" Domaine de Formation : Sciences humaines et sociales Licence "Arts, Sciences Humaines et Sociales", mention "Psychologie"
http://www.univ-tours.fr/scuio/suio.htm

Niveau master, soit en quatrième et cinquième année après le baccalauréat. Il existe des masters orientés vers la recherche (anciennement les DEA) et d’autres à visée professionnelle (anciennement DESS). La voie logique après un master de recherche est la thèse soit trois années de plus, à l’issue desquelles l’étudiant obtient le titre de Docteur (niveau bac + 8). Cependant, avec le système des masters, il est désormais plus facile de pouvoir poursuivre en thèse après un master professionnel que du temps des DESS.

Université de Provence Aix-Marseille1
UFR Sciences de la Vie, de la Terre et de l'Environnement Domaine de Formation: Neurosciences. Master Neurosciences. Master co-habilité pour les Universités d'Aix-Marseille I, II, III (recherche en M2).
http://www.up.univ-mrs.fr

Université Paul Cézanne Aix-Marseille3, Centre de St Jérôme (Marseille) et Centre de Montperrin (Aix)
Domaine de Formation: Sciences et Technologies Master Neurosciences. Master co-habilité pour les Universités d'Aix-Marseille I, II, III (recherche en M2).
http://www.univ-cezanne.fr/

Université de Caen Basse Normandie
Domaine : Sciences du Vivant et de la Santé Master Biologie Fondamentale et appliquée - Parcours Biologie des Organismes, des Populations et des Ecosystèmes ou Parcours Enseignement ou Parcours Neurosciences (M1), Parcours professionnalisant Ecocaen (Ecologie Végétale) en M2. Domaine : Sciences humaines et Sociales Master mention Psychologie (recherche) Master neuropsychologie (professionnel)
http://www.unicaen.fr/ufr/ibfa/master.php

Université Charles de Gaulle, Lille3
Domaine de formation : Sciences humaines et sociales Master mention mathématiques informatiques appliquées aux sciences humaines et sociales, spécialité : modélisation du comportement et cognition (recherche)
http://formations.univ-lille3.fr

Université Lumière, Lyon2
UFR des Lettres, des Sciences de l’Homme et des Sociétés Domaine de Formation: Humanités et Sciences Humaines Master 2 Psychologie Cognitive et Modélisation des Comportements (recherche)
http://www.univ-lyon2.fr/

Université de Nancy2
UFR Mathématiques et informatique Domaine Informatique, sciences cognitives et applications Master Mention Sciences de la cognition et applications (recherche ou professionnel selon la spécialité choisie)
http://www.univ-nancy2.fr/sciencescognitives/

Université Paris10, Nanterre
UFR de Sciences Psychologiques et Sciences de l'Education Domaine de Formation: Sciences Humaines et Sociales Master sciences humaines et sociales Mention Psychologie (recherche)
http://www.u-paris10.fr

Université de Paris13, Villetaneuse
UFR des Lettres, des Sciences de l’Homme et des Sociétés
http://www-lshs.univ-paris13.fr/
Domaine de Formation : Humanités, Sciences de l'Homme et du Comportement. Laboratoire d’Ethologie Expérimentale et Comparée Master d’éthologie fondamentale et comparée (recherche) Master d’éthologie appliquée (professionnel)
http://www.leec.univ-paris13.fr

Université de Rennes1
UFR Sciences de la Vie et de l'Environnement Domaine de formation : Sciences, technologies, santé Master Sciences Technologie Santé, Mention Biologie – Agronomie – Santé, Spécialité Comportement animal et humain (recherche) Master Sciences Technologie Santé, Mention Ecologie – Environnement, Spécialité Ecologie fonctionnelle, comportementale et évolutive (professionnel ?)
http://www.sve.univ-rennes1.fr/

Université de Haute Bretagne, Rennes2
Domaine de formation : Sciences Humaines et Sociales Master Sciences Humaines et sociales - mention Psychologie, spécialité Cognition et communication (recherche)
http://www.uhb.fr/

Université Jean Monnet, Saint-Etienne
Faculté de sciences et techniques Master Sciences, Technologies, Santé (recherche) Mention écologie et éthologie - Spécialité écologie et éthologie Master Sciences, Technologies, Santé, Mention écologie et éthologie, Spécialité écologie et éthologie (professionnel)
http://www.portail.univ-st-etienne.fr
http://master.eea.free.fr

Université Saint Denis de la Réunion
Faculté des Sciences et Technologies Master Mention Sciences du Vivant, spécialité Biodiversité et Ecosystèmes tropicaux (recherche et professionnel)
http://sciences.univ-reunion.fr/

Université Louis Pasteur, Strasbourg1
Domaine de formation : Sciences de la vie et de la santé Master Sciences, Mention Vie et Santé Spécialité Neurosciences (recherche ou professionnel selon le parcours choisi) http://neuromaster.u-strabg.fr Spécialité Ecophysiologie et éthologie (recherche)
http://sciencesvie.u-strasbg.fr
Domaine de formation : Psychologie Master Mention Psychologie Spécialité Psychologie expérimentale : cognition, émotion et comportement - Parcours Neurosciences et Psychologie cognitives (recherche)
http://www-ulp.u-strasbg.fr/

Université Paul Sabatier, Toulouse3
Domaine de formation : Sciences de la vie et de la santé Master Sciences, technologie, santé, Mention Biologie - santé, Spécialité Neurosciences, Comportement, Cognition (recherche)
http://www.ups-tlse.fr/

Université François-Rabelais, Tours
Domaine de Formation : Sciences humaines et sociales Master mention "Psychologie, Cognition et Développement" (recherche)
http://www.univ-tours.fr/scuio/suio.htm

6. ETUDIER L'ETHOLOGIE SANS REFAIRE UN CYCLE UNIVERSITAIRE ?

Oui, il existe certains diplômes, les Diplômes d’Université (D.U.), qui peuvent être acquis sans passer par le cycle licence puis master. L’université de Rennes, conjointement avec les Haras nationaux et l’association Takh a créé un D.U. spécifiquement dédié à l’éthologie équine. L’occasion de reprendre des études passionnantes pour ceux qui en ont envie !

Et pour ceux qui ne souhaitent pas nécessairement valider leurs connaissances par des examens, ce qui est le principe des D.U., vous pouvez aussi vous former à l'éthologie auprès de l'organisme "Animaux et Compagnies".

Université de Caen Basse Normandie
Diplôme d’Université d’Expérimentation animale appliquée à la recherche biomédicale (1 an)
http://webetu.unicaen.fr

Université du Sud, Toulon - Var
Diplôme d’Université Ethologie, 2 ans destiné aux praticiens et chercheurs désireux de se perfectionner dans l'étude de la sémiologie comportementale. Recrutement : niveau minimum bac+2, possibilité de suivre les cours en auditeur libre.
http://formations.univ-tln.fr/DU-Ethologie.html

Université de Rennes1
Diplôme d’Université éthologie du cheval, sur deux ans, 5 modules de 5 jours. Cette formation s’adresse à tous les professionnels des métiers du cheval mais aussi aux cavaliers, éleveurs et propriétaires de chevaux.
http://sfc.univ-rennes1.fr/environnement/ethologie_cheval.htm

Animaux et Compagnies
Cet organisme dispense des formations en éthologie, quel que soit votre parcours, et met particulièrement l'accent sur la relation entre l'homme et l'animal. Sa créatrice, Fabienne Delfour, est diplômée en éthologie (doctorat). Ses domaines d'interventions sont vastes, le mieux est d'aller sur son site pour les découvrir.
http://www.animauxetcompagnies.com

7. L'EQUITATION ETHOLOGIQUE ALORS, QU'EST-CE QUE C'EST ?

L’équitation dite éthologique n’est ni plus ni moins qu’une façon d’enseigner l’équitation. Une de ses particularités est de passer par une phase de travail à pied. Dans le langage courant des équitants on parle désormais d’éthologie. Les clubs hippiques enseignent « l’éthologie » et les annonces des magazines regorgent d’enseignants appelés « éthologues ». Pour comprendre comment ces termes sont arrivés dans le milieu du cheval en France, voici un historique très succinct. Au XVIIème et XVIIIème siècle, la France connaissait une grande notoriété pour son équitation académique. Pourtant, le savoir-faire et la connaissance des écuyers, tels Pluvinel ou La Guérinière, sombrèrent peu à peu dans l’oubli, s’effaçant devant une équitation utilitaire, celle de l’armée. Le travail à pied par exemple, ne subsistât que sous la forme du travail à la longe en cercle alors qu’il était très varié et capital dans le travail du cheval jusqu’au 18ème siècle. De même, le sens animalier se perdit en grande partie, car désormais les jeunes qui se tournent vers les chevaux n’ont pas grandi entourés d’animaux mais sont souvent citadins. Par ailleurs, aux Etats-Unis, les cow-boys continuent de nos jours à travailler à cheval et à fréquenter au quotidien des chevaux, de père en fils. Ils ont ainsi développé un sens empirique du cheval appelé horsemanship. Ils ont également développé des techniques efficaces pour travailler avec les chevaux, ce que certains américains ont réussi à formaliser et à commercialiser pour les rendre accessibles aux cavaliers de loisir. La méthode Parelli Natural Horsemaship est de celles-là. Elle fut introduite en France dans les année 1990 par l’intermédiaire du Haras de la Cense, dans les Yvelines. D’autres dresseurs commencèrent à faire parler d’eux en redressant des chevaux réputés difficiles.
En 1996, la revue Cheval magazine dénomme ces dresseurs des « chuchoteurs » ou « nouveaux maîtres », en référence aux grands écuyers des siècles passés. A ce phénomène qui suscite l’attention, s’ajoute le succès du film L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, adaptation du roman de Nicholas Evans par Robert Redford, porté sur les écrans français en 1998. Le milieu équestre, surtout les cavaliers de loisir dans un premier temps, se passionne alors pour ces approches du cheval qui se disent basées sur l’observation de son comportement et qui donnent des résultats spectaculaires. Elles collectionnent également des clichés très vendeurs comme l’amour, le plaisir, la nature, la complicité avec un partenaire nommé cheval. Cela répond à une véritable attente des cavaliers et la Fédération Française d’Equitation saisit la balle au bond : elle propose de réunir sous une même bannière ces pratiques. Restait à trouver un nom. Comme certains mettaient en avant un savoir-faire basé sur l’observation des comportements naturels des chevaux, le mot éthologie fut évoqué.

La dénomination « équitation éthologique » fut adoptée en 2003. Les professionnels, ignorant pour la plupart que l’éthologie est une discipline scientifique, se sont donc dénommés éthologues…Dommage que le terme horsemanship n’ait pas survécu, il aurait épargné cet amalgame entre une manière de travailler les chevaux (nouvelles techniques ou pas, ceci est un autre débat !) et une science peu connue. En Allemagne, c’est le mot horsemanship qui prévaut et personne ne se proclame éthologue ! Si vous tapez le mot éthologie dans un moteur de recherche sur Internet, vous trouverez sur la première page autant de sites sur la discipline scientifique que sur la pratique de l’équitation ! Les sites des universités de Paris13 et Rennes1, réputées pour leurs formations en éthologie, arrivent même après des sites commerciaux d’équitation. Difficile de s’y retrouver ! De plus, il n’y a rien de véritablement éthologique dans ces approches car aucune d’elles n’a fait l’objet d’une évaluation scientifique.
Pour autant, tirer à boulet rouge sur ce qui s’appelle désormais « équitation éthologique » et pointer du doigt les « éthologues » n’est pas forcément fair-play. En effet, cette déferlante a permis de faire parler d’une discipline scientifique souvent méconnue et d’y intéresser des personnes versées dans l’équitation dite éthologique. Car s’ils ont choisi d’aborder le cheval de manière différente, cela a attisé leur curiosité et l’envie de mieux connaître le cheval. Quoi de plus logique alors que de se tourner vers l’étude du comportement, l’éthologie, par exemple grâce au DU d’éthologie équine de Rennes ? Afin que chacun y trouve son compte, il resterait aux scientifiques à davantage communiquer sur leur discipline – quoi qu’il soit difficile d’égaliser les moyens marketing des établissements hippiques - et à informer, échanger avec les professionnels du cheval pour s’enrichir mutuellement. Et pourquoi pas une protection des titre éthologue et éthologiste qui seraient réservés aux personnes ayant un cursus universitaire… ?

 

8. QUELS OUVRAGES TRAITENT DE L'ETHOLOGIE, LA "VRAIE" ?

Du fait de la confusion des genres entre l’équitation dite éthologique, appelée « éthologie » dans le milieu équestre, et la discipline scientifique, si vous vous rendez au rayon « cheval » ou « équitation » d’une librairie, vous trouverez de nombreux titres contenant le mot éthologie. Les ouvrages qui traitent de la discipline scientifique sur le thème du cheval sont en réalité peu nombreux. Par ailleurs, si vous vous intéressez au comportement animal en général, il existe un grand choix dont je vous donne ici une petite sélection (aux rayons science ou psychologie parfois).

OUVRAGES SUR L'ETHOLOGIE EQUINE

Voir aussi la page "Plus d'éthologie" pour les conseils de lecture.

Cheval qui es-tu ? de Michel-Antoine Leblanc, Marie-France Bouissou & Frédéric Chéhu aux Editions Belin, 2004. Comprendre le comportement du cheval, quelle est sa vraie nature, comment il est devenu ce qu'il est aujourd'hui au fil des millénaires, quelles sont ses relations naturelles avec ses congénères, de quelles façons il interagit avec son milieu, comment l'individu se développe, quelles sont ses aptitudes, quelles conséquences cela peut avoir pour son bien-être…, autant de questions qui supposent des réponses claires, complètes et réellement documentées, ce que propose cet ouvrage. Il est le prolongement idéal de « Comportements et postures » (Hélène Roche, 2008) pour aller en profondeur dans l’éthologie équine. Incontournable si vous passez vos Brevets Fédéraux d’Equitation Ethologique car la théorie scientifique est au programme !

Comportements et postures, que devez-vous savoir et observer, Hélène Roche. Editions Belin, 2008. De quoi découvrir l’univers du cheval : qu’est-ce que l’observation, le monde sensoriel du cheval, son activité sur 24 heures, les moyens de communication dont il dispose, sa structure sociale, les contraintes de la domestication, le tempérament et enfin les processus d’apprentissage du cheval. Le lecteur est guidé par de nombreuses photos et des résumés qui lui permettent de faire une synthèse. Des tests de connaissances sont également disponibles en fin d’ouvrage. Livre très rapide et agréable à lire. Les nombreuses photos et les quizz rendent sa lecture abordable pour les plus jeunes. Scientifique, pragmatique, économique, ludique, pratique ... sans hic, quoi! (commentaires d’une lectrice !)

Le comportement des chevaux, Marthe Kiley-Worthington, traduit de l’anglais par Maria Franchini. Editions Zulma, 1999. Les conditions de vie offertes aujourd'hui aux chevaux sont-elles réellement adaptées à leurs besoins physiques et psychologiques? Marthe Kiley-Worthington apporte ici une réponse à caractère scientifique, fondée sur une longue expérience. L'auteur nous entraîne au coeur du troupeau pour regarder les chevaux vivre dans leur milieu naturel. Elle observe et analyse leur comportement social, sexuel ou alimentaire ainsi que leurs modes de communication. Elle définit les mécanismes d'apprentissage et trouve les moyens de résoudre ou d'éviter les problèmes comportementaux liés à la domestication. " Ce livre est volontairement provocateur " nous dit-elle... Peut-être est-il temps, en effet, de remettre en question trop de fausses certitudes (extrait de la quatrième de couverture).

L’équitation, le cheval et l’éthologie, Colloque du 18 septembre 1999 à l’Ecole Nationale d’Equitation. Editions Belin, 1999.

Hans, le cheval qui savait compter, Vinciane Despret. Les Empêcheurs de penser en rond / Le Seuil, 2004. Vous verrez comment les scientifiques du début du XXème siècle ont percé le secret de ce cheval qui savait résoudre des problèmes arithmétiques. Cette aventure (réelle !) fait également revivre les premiers pas de la psychologie expérimentale.

Poulain à venir, poulain en devenir, 3ème Rendez-vous éthologique du Haras de la Cense, colloque du 27 septembre 2002. Editions Belin, 2002.

EN ANGLAIS

Equine behavior, a guide for veterinarians and equine scientists, Paul McGreevy. Editions Saunders, 2004. Ecrit par un scientifique reconnu en éthologie équine, ce livre balaye toutes les thématiques sur le comportement du cheval dans le but d’expliquer pourquoi et comment des comportements indésirables, tels les tics, apparaissent. Assez pointu, même si les résumés et les illustrations aident à la lecture, comme son titre l’indique, plutôt pour les scientifiques.

Horse behavior : the behavioral traits and adaptations of domestic and wild horses including ponies 2nde édition, George Waring. Noyes publications Williams Andrews Publishing, 2003. De lecture facile, il est le pendant anglo-saxon de « Cheval qui es-tu? ».

The domestic horse, Daniel Mills & Sue McDonnell éditeurs. Cambridge University Press, 2005 (en anglais). C’est une revue bibliographique très complète, réalisée par quasiment tous les chercheurs qui travaillent sur le cheval dans le monde. Relativement facile à lire, illustré.

The welfare of horses, collectif dirigé par Natalie Waran. Editions Kluewer Academic Press, 2002. Un tour complet des préoccupations sur le bien-être des chevaux, dans le monde des courses, les chevaux au travail comme force de traction ou bête de somme, la nutrition et ses implications, les méthodes de dressage, le logement, le transport. Une synthèse passionnante qui amène à réfléchir ! Attention, ouvrage très pointu, destiné aux scientifiques en herbe.

 

OUVRAGES SUR L'ETHOLOGIE EN GENERAL

Voir aussi la page "Plus d'éthologie" pour les conseils de lecture.

L’éthologie, Jean-Luc Renck & Véronique Servais. Editions du Seuil, 2002. Les auteurs retracent l’histoire de l’éthologie avec ses pères fondateurs et les études qui sont menées sur l’ensemble des animaux.

L’interprète des animaux, Temple Grandin. Editions Odile Jacob, 2006. Temple Grandin est une éthologiste américaine connue dans le monde entier pour ses travaux sur le bétail. Cet ouvrage aborde la manière d’observer les animaux et la façon dont les animaux perçoivent leur environnement. Vu sous l’angle d’une personne autiste qui a réussi à faire sa place dans le milieu scientifique, cet ouvrage est très plaisant et juste !

Les animaux d’élevage ont-ils droit au bien-être ? collectif dirigé par Florence Burgat avec la collaboration de Robert Dantzer. INRA éditions, 2001. Cet ouvrage collectif met au jour les conceptions de l’animal qui sous-tendent un système d’élevage basé sur la course à la productivité et interroge la nature des recherches conduites au titre du bien-être animal. Aux côtés des aspects factuels, il apporte un éclairage sur les principales questions juridiques, éthiques et philosophiques qui entourent le statut des animaux (extrait de la quatrième de couverture).

Les sociétés animales, Jacques Goldberg. Editions Delachaux et Niestlé, 1998. Une synthèse rigoureuse et didactique qui dresse un bilan des recherches sur les sociétés animales. Cet ouvrage a été écrit par un enseignant-chercheur de l’université Paris5. Facile et agréable à lire, avec des dessins.

9. QUEL METIER CHOISIR ENTRE VETERINAIRE ET ETHOLOGUE?

Dans les choix d'orientation que doivent faire les plus jeunes, les métiers impliquant des animaux sont assez rares. Le plus connu est certainement celui de vétérinaire. Aujourd'hui, avec la médiatisation autour de l'éthologie, les futurs étudiants s'intéressent au comportement animal et aimeraient y faire carrière. Vous pouvez lire la réponse que j'ai faite dans Cheval Star en mai 2010 cliquez

10. EN TANT QU'ETHOLOGUE, AVEZ-VOUS UN CHEVAL ET COMBIEN DE TEMPS PASSEZ-VOUS AVEC LUI?

Les gens que je croise se demandent souvent si je monte à cheval, si j'ai un cheval, ce que je fais avec lui etc. C'est le rêve de beaucoup de cavaliers de posséder leur propre monture. Vous pouvez lire mon point de vue sur le passage au statut de propriétaire paru dans Cheval Star de juin 2010 cliquez

11. COMMENT FAITES-VOUS POUR TROUVER VOS ACTIVITES ET ORGANISEZ-VOUS DES STAGES D'ETHOLOGIE?

Mes activités recouvrent plein de formes différentes mais elles ont un point commun: l'éthologie équine. Vous pouvez lire ma réponse parue dans Cheval Star de juillet 2010 cliquez

 

Haut de page
Création de site internet par M&B Multimédia - Design réalisé par flammenrOse - 2009 - Tous droits réservés - Notice Légale - Plan du site - Administration